Colette: Lettres à Annie de Pène et Germaine Beaumont.

Un grand merci à Pierrick qui m’a offert ce livre…

 

Les lettres que Colette adressa à ses amies Annie de Pène et Germaine Beaumont, la mère et la fille, toutes deux écrivains, évoquent presque quarante ans d’événements, d’émotions, de réflexions: la première série va de décembre 1914 à 1918-la mort d’Annie y mit fin-; la seconde commence en 1915 et s’achève en 1953. En décembre 1914, Colete était liée chaleureusement avec Annie de Pène, dont elle parlera avec tendresse dans le Fanal bleu: elle évoquera alors ce « phalanstère » de femmes dont faisaient partie aussi, au début de la grande guerre, Marguerite Moreno et Musidora. Germaine Beaumont, née en 1890, était sa cadette, et ne pouvait jouer exactement le même rôle qu’Annie de Pène: elle est dans les lettres »Mon enfant », « Mon petit enfant ». Tyrannique mais tendre, Colette la tutoie, la charge de mille commissions, larudoie à l’occasion, dans les premières années de leur correspondance…

Mais une telle correspondance, transmise sous une forme unilatérale, peint surtout l’auteur des lettres. Colette s’y livre elle-même, au fil de notations éparses, avec toute la force de son exceptionnelle vitalité.

« Mon gros corps se reprend à l’activité. Mer de perle, temps breton,passages de brume en bouchons de petites tailles, qui laissent les tamaris et toutes les feuilles mouillés sous le soleil. C’est un bonheur physique dont on voudrait faire don à tous ses amis en les rangeant sur la côte »…

« Mon Dieu, germaine, je voudrais montrer ces roses à tout le monde! je n’avais jamais vu cela ici. Les roses croulent de partout. elles sont mêlées aux taillis. Les haies de la route qui montent sont en rosiers de Bengale taillés. Des mâts de roses rouges. des toits de roses roses. des cordages de roses mousseuses. Des arbres entiers de roses jaunes, odorantes à perdre l’esprit! Un rosier de mai de trois cents ans est comme une neige sur la façade. et les roses rouge-noir qui sentent l’essence de géranium, et les grandes roses nobles qu’on croit blanches, mais qui ont un sang rose très pâle sous la peau….. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s