A la recherche du temps retrouvé…

rorik-smithEn 2013, l’auteure et historienne Laure Murat avait soumis à une dizaine d’écrivains un questionnaire sur le désir de relecture. Réponses compilées et interprétées dans Relire, enquête sur une passion littéraire. Il est vrai que la cible est spécifique: les auteurs ont le nez dans les livres, les leurs et ceux du voisin-souvent par goût, parfois par profession.Ainsi , la romancière Cécile Guilbert distingue t-elle plusieurs types de « revenez-y »: la relecture de pur plaisir parce que les grands livres ne s’épuisent jamais à la lecture, la relecture obligatoire en cas de travail sur un ouvrage, la relecture de recherches de techniques narratives, de procédés, histoire de savoir comment je pourrais m’en inspirer. » Agnès Desarthe déclare quant à elle que quand elle termine un bon livre elle n’ose pas en entamer un nouveau de peur que le livre ne pâtisse de l’enthousiasme pour le précédent. Répondant à la même enquête, Annie Ernaux confesse: « j’ai différentes raisons, ou plutôt motivations, de relire un livre; il y a la certitude d’avoir mal lu un texte, parce que j’étais trop jeune ou parce que j’ai acquis, depuis ma première lecture un savoir en littérature, en philosophie, etc…qui me permettront de l’apprécier en profondeur. Ou, et c’est très fréquent, je me souviens de l’impression forte laissée par un livre, et j’ai envie, à la fois de la retrouver et de comprendre pourquoi. En somme, je me souviens de la sensation de lecture mais le texte lui-même est largement oublié…. »

41euHnP3stL._SX210_

Textes souvent cités, donc apparemment inépuisables: Bouvard et Pécuchet, Les essais de Montaigne, À la recherche du Temps Perdu…On a l’âge et les madeleines qu ‘on peut…

Relire, enquête sur une passion littéraire.de Laure Murat, éditions Flammarion (09/09/2015)

9 réflexions sur “A la recherche du temps retrouvé…

  1. Je relis beaucoup, sans doute plus par opportunisme et compulsion que par désir d’approfondir ma connaissance d’une oeuvre. En fait, je me méfie toujours un peu de ces enquêtes ; plus exactement de ce qui motive les réponses : sincérité, ou désir de briller en laissant croire qu’on relit Proust ou Tolstoï (Proust est d’ailleurs un auteur qu’on « relit » obligatoirement, même si on ne l’a pas vraiment lu une première fois).

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s