Paupières de sel.

 

artlimited_img597623_m

Longtemps

je me suis flattée

de lire sur les visages

la vie que le doute

effleurait

et la muette éloquence

accrochée aux paupières

de sel.

Je croyais y saisir

les territoires excessifs

et du jour les secrètes

alliances.

C’était avant que la bouche

de l’ignorance ne dessinât

le contour fidèle

et ne m’abandonnât

seule

et au seuil du mot

 

avec brosses et pinceaux

dans mon réel

 

 

Barbara Auzou

 

 

 

 

 

Extension de l’habitat.

escalier-oleron

Toujours,

l’absence a la sagesse folle de ne pas condamner les murs autour du vide

et de s’éloigner de la brûlure du foyer après avoir fait feu

de tout bois.

Toujours,

l’absence hébergée de pièce en pièce finit par se sentir à l’étroit dans la collusion domestique

et interroge l’espace trop longtemps laissé en friche.

Toujours,

l’absence infidèle à ses emplâtres , marche après marche, et comme mise en demeure,

se fait architecte de l’extension de l’habitat.

 

 

Barbara Auzou

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s