Rendons à L’Afrique ce qui appartient à l’Afrique…

Le patrimoine africain doit être mis en valeur à Paris mais aussi à Dakar, à Lagos, à Cotonou. Ce sera une de mes priorités.Je veux que d’ici à cinq ans les conditions soient réunies pour des restitutions temporaires ou définitives…

C’est le pavé dans la mare lâché par Emmanuel macron, la semaine passée, au Burkina Faso…Plusieurs questions se posent: Que va t-on rendre? Qui va choisir?…Selon l’ex-ministre de la culture du Mali, Aminata Traoré, 95% du patrimoine culturel africain ne serait plus en Afrique.C’est dire le nombre conservé dans le monde entier, à commencer par la France, ancienne puissance coloniale.Toutes n’ont pas été volées ou spoliées. Reste à répertorier lesquelles…En 2016, Le bénin demandait le retour du trésor des rois d’Abomey, saisi par la France en 1892.Demande rejetée en mars dernier…Seules les têtes maories avaient pu être restituées à la Nouvelle-Zélande en 2012 grâce à une loi spécifique sur le cas particulier des restes humains..À suivre…

D’après un article de Télérama.

 

6 réflexions sur “Rendons à L’Afrique ce qui appartient à l’Afrique…

  1. L’important est que ce patrimoine soit conservé, et protégé, et proposé au public. Je ne pense pas que les Italiens se sentent spoliés de ce que la Joconde soit au Louvre. Le Mali a été pillé par les Islamistes. Nous aurions été très heureux que les livres et les œuvres détruites aient pu être sauvegardées en Europe.

    Aimé par 2 personnes

  2. Bon jour Cjacomino,
    Nulle n’est à l’abri d’événements dramatiques quels que soient les pays. En fait, je ne vois pas un bien personnel chez un voisin (et même une très belle voisine). Il est temps que le continent africain retrouve ses identités originelles. (bon, je vais bosser, l’ouvrier que je suis a besoin de payer ses factures)
    Max-Louis

    Aimé par 1 personne

  3. Ce qui me soucie avec cette apparemment louable intention, c’est que se cache derrière la fin de la notion d’inaliénabilité des collections publiques en France ; si on peut rendre ceci ou cela, on pourra bientôt échanger (et certainement dans des jeux diplomatiques plus ou moins évidents) et bientôt vendre, nourrissant ainsi le marché privé de l’art (et détricotant les collections publiques au profit des intérêts de quelques plus riches que d’autres)… = privatisation et spéculation sur des oeuvres que les musées tentent de rendre accessibles à tous
    😦

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s