Bellum verbis.

Hugo barbare

Intransigeant compagnon, le mot ne cogne plus le fer à la tempe

anémiée

et fuit le visage de résignation fasciné

dont le regard embrasse l’unique direction

de l’hiver.

 

Bouillonnant à l’artère, chevillé au corps en attaches

simples

il a refermé la paume sur le poème

avorté en victoire sèche

pour planter son trait à la rétine

où demeure l’image éculée d’un possible

automne.

 

 

 

Barbara Auzou.

 

 

6 réflexions sur “Bellum verbis.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s