Vous me dérangez.

téléchargement (1)

C’est encore la vie,

cette fatigue au front

pic-vert qui tape à la tempe

d’écorce attendrie

et ces cortèges d’insectes

sales aux veines

en peine de battre en flots continus

pour sucer à la sève

l’ insensé idéal

à la cime suspendu comme un falot.

 

C’est encore la vie

le front fiévreux qui s’effondre

sur le livre ouvert

au sens

pour mieux le fendre

et ces cortèges d’énigmes déguisées

en injonctions paradoxales

que vous lancez

en lourdes neiges froides

Sur la clarté de mon noir matinal.

 

Vous me dérangez.

 

Barbara Auzou.

 

24 réflexions sur “Vous me dérangez.

  1. Une campagne qui navigue en elle-m’aime
    Dans sa cuve débordante. Milliers d’hectolitres qui font sous un soleil opportun un miroir où les arbres se doublent la tête. Océan d’eau douce à la renverse d’un ciel qui nage. Dans l’horreur humaine, la nature en dernier recours tient sa route ouverte. Signe que J’ai bien vu se lever un phénix….
    Chant de l’heur ?
    En tous cas ça y ressemble, Barbara !

    Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s