Le fossoyeur blanc.

82344004_o

Il est toujours dimanche à l’horloge complice

Comme pour s’assurer que rien ne recommence

à l’édredon et en respirations factices

sous l’aile qui couve le bourgeon en dormance.

 

Vois l’hiver ranger ses morts avec attention

la douceur blanche de son égard à tracer

au cordeau la parcelle, à la neige le nom

cinglé de légendes pour ne pas oublier.

 

Sais-tu, toi qui ouvre des yeux pleins de Printemps

Que le fossoyeur blanc n’accorde son pardon

qu’au crépuscule des doigts , écorces du temps?

 

 

Barbara Auzou.

9 réflexions sur “Le fossoyeur blanc.

  1. Ballade des pendules d’un dimanche sur ses talons 👠 pense à mi, passe en boucle sur le cou loir. L’ibere nation ecreme catalane ? Que nenni un manuel natif de fa là, compose la musique utérine du sacre du printemps…

    J'aime

  2. Ballade des pendules d’un dimanche sur ses talons 👠 pense à mi, passe en boucle sur le cou loir. L’ibere nation ecreme catalane ? Que nenni un manuel natif de fa là, compose la musique utérine du sacre du printemps…

    J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s