Grands ponts.

 

black-and-white-2178496_960_720

Ô les petits ponts et les grands ponts

aux mains circonflexes de l’enfance

rompues à déshabiller l’horizon,

signaux sensibles retombant comme

une sentence à habiter notre maison ;

et bientôt au foyer la danse effrontée

des rencontres.

Celles pour avoir chaud

et les périssables comme taches à la nappe

une fois le festin fini,

les essentielles à la distance abolie

qui devinent préviennent et se rient

de la montre

et celles qui laisseraient l’inclination

d’une nuque sur le quotidien.

 

Puis viendraient à l’ourlet du matin,

d’autres voyageurs aux bagages de mots nus

qui s’évaderaient de guerre lasse

vers d’autres versants

dans un salut muet laissé

à mon seuil de silence.

 

 

Barbara Auzou.

 

4 réflexions sur “Grands ponts.

  1. Un jour où les mains circonflexes se posent en parenthèses, quelque pointillé sur le mot tenu en boule dans la glotte…glotte de bique…ça y ressemble, comme on ment devant la cruauté qui cogne de toute son indécence dans la poitrine malade…aiguisé, comme ce mot si juste qui résonne de toute la portée de ton poème  » SENTENCE ». Un chariot, le quai, les mouchoirs, les yeux piquent avant que la fumée démarre…le soufre penche à doubler son F, nikon ni choc de la photo, clic-clac, souriez c’est dans la bôite la prochaine étape…

    Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s