Présence .

folk0307-tittel

Qui est cette voix qui murmure en volets de nuit,

s’attache à la bête craintive de mon pas

et partout la suit?

De quel éclat trompeur a t-elle émue le seuil

et séduit la gardienne des clés

avare de son logis?

Combien de mots dédiés à la douleur du dire

a t-elle accroché à mon épaule affligée

pour repartir tellement extérieure

à tout ce qui demeure

délaissant la timidité des murs idiots

rompus à dessiner le parc clos

qui rassure les corps?

 

À peine tue, j’ai craint de ne plus l’entendre encore.

Seuls restent quelques brins de souffle

que je tiens serrés quand je dors.

 

 

Barbara Auzou.

 

17 réflexions sur “Présence .

  1. Les mots comme les raisins s’ils portent la co l’erre tiennent cela du bon ceps et non du versant où le jour a cherché le soleil sans penser qu’ils pourraient se faire ombre par défaut. Mais la rage accroche à mon sens plus l’oreille que la flûte de fakir…..Je retiens une telle beauté dans ce qu cries que j’en dispense l’onguent sur une plaie qui ne se montrant qu’en interrogation, ne révèle en corps pas sa tumeur…Les Dimanches Juju, il y a longtemps m’a donné à les haïr…qui sait… une petite fille peut me réenchanter le Lundi…

    Aimé par 1 personne

  2. je fais toujours des fautes, ça me rassure…

    L’AIR

    Le corps et la rêverie de la dame
    Pour qui tournoyaient les marteaux,
    Se perdent ensemble et reviennent,
    Ne rapportant de la nuée
    Que les guenilles de la foudre
    Avec la future rosée.

    Jacques Dupin

    Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s