Au clown triste de la nuit.

Photo Vivian Maier.

3f8871fbd9b0d8e1754b6b4963559ade

Il faudra donc en passer par le pari incertain des réponses qui s’agitent au clown triste de la nuit tel un sablier qui fait ses comptes dans l’irritation et la poussière,

et puis trébuche.

Et  guetter l’heure exacte au ciel peint qui ouvre le sas de la lumière captive, fugitivement, et toujours à la faveur du sensible,

et puis s’estompe.

Continuer et passer outre la bouche concédée au sourire fermé

et accueillir sans comprendre l’or factice et les orages, l’évidence et le vertige

et puis nommer:

Jaune, la douleur.

 

 

Barbara Auzou.

 

20 réflexions sur “Au clown triste de la nuit.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s