« Manger l’autre » d’Ananda Devi.

9782246813453-001-TUne jeune adolescente, née obèse, mange, grossit et s’isole. Sa mère s’enfuit, horrifiée par son enfant. Ses camarades de classe la photographient sans répit pour nourrir le grand Œil d’internet. Son père, convaincu qu’elle aurait dévoré in utero sa jumelle, cuisine des heures durant pour nourrir «  ses princesses  ». Seule, effrayée par ce corps monstrueux, elle tente de comprendre qui elle est vraiment. Quand elle rencontre par accident l’amour et fait l’expérience d’autres plaisirs de la chair, elle semble enfin être en mesure de s’accepter. Mais le calvaire a-t-il une fin pour les êtres «  différents  »  ?
Conte de la dévoration et roman de l’excès, Manger l’autre est une allégorie de notre société avide de consommer, obsédée par le culte de la minceur et de l’image conforme.
Avec force, virtuosité, et humour, Ananda Devi brise le tabou du corps et expose au grand jour les affres d’un personnage qui reflète en miroir notre monde violemment intrusif et absurdement consumériste.

 

Je me dévore dans une exquise absence de souffrance.

Autour de moi se fige un lac de sang. Toute ma courte vie, j’ai défié la biologie du corps. Maintenant, je défie la biologie de la mort.

L’œil braqué sur moi, qui me relie à des millions – peut-être des milliards – d’autres yeux, ne fait que renforcer ma détermination à aller jusqu’au bout de mon sacrifice. Pour une fois que je ne suis pas un objet de mépris et de moquerie, je peux jouir sans réserve de cette fascination déferlante, j’en jubile, je l’absorbe comme un aliment de plus, moi qui n’ai vécu que pour manger, qui n’ai eu d’identité que par ce qui passait par ma bouche avant de se décomposer dans mes boyaux et d’en être expulsé – une identité résolument provisoire, donc –, je veux profiter de cette attention comme d’une revanche sur mes années d’exclusion, je veux brûler leur rétine par un juste retour des choses et imprimer dans leur cerveau la photographie de ma ruine pour mieux hanter leurs cauchemars. Je veux me venger du déluge immonde qu’ils déversent sur moi depuis toujours.

Pardonnez-moi de commencer cette histoire par ses origines organiques, guère ragoûtantes. Mais n’est-ce pas là le début et la fin de toute chose ?

Car tout est une histoire de corps. À la fin, il ne s’agit toujours que de cela, et de notre source, à la fois familière et énigmatique, dans le ventre maternel.

Commencer, donc, par l’orgasme du vivant.

Paru le 10:01/2018 aux éditions Grasset.

3 réflexions sur “« Manger l’autre » d’Ananda Devi.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s