Un ciel trop grand.

4729914

Nous avions pour seule patrie

un ciel trop grand et des mots infirmes

que l’orage avait déformés

et nous ramassions à la coque d’un jour surpris

ce qui restait de cette tourmente sublime

comme la part du monde qui revenait

à l’invention de nos vies,

à l’oeuf peint de nos envies

que le vent faisait rouler sur l’herbe folle

aux pieds nus de la nuit,

aux sandales du matin,

la gorge sèche à boire le jour

à l’eau trouble des fontaines.

 

 

 

Barbara Auzou.

 

6 réflexions sur “Un ciel trop grand.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s