Quand les mots et les tableaux se répondent (7): « Cartes sur table ».

Voici Cartes sur table, septième collaboration entre Le peintre Niala-loisobleu et moi…

J’emprunte à Niala ces mots-là: Histoire vraie de la fiction des chemins.

p1050589

CARTES SUR TABLE

2018 – NIALA

Acrylique s/contrecollé, encadré s/verre 60×80

 

 

Et toi,

dans l’herbe tendre de ton regard

rompu à la cadence ,

savais-tu que les femmes dansent

non pour les loups mais pour elles-mêmes

ravivant le souffle de leurs sœurs

à la harpe de leurs corps tendus de silence ?

 

 

Quand le blé est frappé par la rouille,

elles réparent la faute de la fée enfuie

un lendemain d’amour piqué à la quenouille

d’un nouveau jardin qui l’attendait sous la pluie.

 

Elles empruntent alors des rues traversières

qui te demeurent à jamais inconnues

et dans l’humus de leur histoire,

il fait parfois tellement noir

que les instincts endommagés

aux grandes nuits et à la ronde

se sont tus.

 

 

Toutes les femmes savent cela :

l’impérieux besoin de rentrer chez elles

et de se baigner dans leurs eaux ;

et de l’ombre et de la lumière l’âpre combat,

et la permanence du sang sur la clef perdue

au fond d’un champ.

 

Il fallait jouer cartes sur table et en valse lente

pour que l’énigme reste l’énigme

qui déçoit son horizon d’attente.

Et l’orange maintenant peut devenir bleue

Rien ne ment au bourgeon d’un DEUX

Qui fleurit à l’épaule d’une tierce présence.

 

Alors elles tournent et célèbrent leur formidable entente

aux roseaux des doigts que rien ne semble plier,

sinon à la fin de la danse

cet orgueil démesuré

à demeurer aux yeux du peintre :

 

L’ineffacée.

 

Barbara Auzou.

8 réflexions sur “Quand les mots et les tableaux se répondent (7): « Cartes sur table ».

  1. L’Atelier s’est assis sous le tilleul de la Chaume, il a des visions d’enfants qui comptinent….à la hune et à la d’eux…les mots jonglent, ça sent même le cheval tellement l’aqueux est crin blanc.
    Les raisons de la fréquentation nouvelle il les connais, d’une voix calme il m’a: Tu es là, simplement une nouvelle ère a commencé, c’est L’EPOQUE. Un rideau tombe sur un horizon qui s’ouvre, l’amour n’a de raison qu’au présent.
    La musique m’a toujours accompagné quand je peins, la tienne sait le genre, le contenu, le message et la portée, écries-toi, je m’épeindrais…
    Merci Barbara.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s