Les silhouettes de lumière.

images (3)

Au poids sur l’épaule

et à la route qui ne tolère l’attente

on sait soudain

la douleur du jour que rien ne délivre

sur la peau comme une forme tremblante

et la sinuosité de son parcours

au tamis de l’ampoule blanche du matin

qui boit au corps des parcelles de vivre.

 

Et pourtant il faut terminer son histoire

fût-elle de sable fin

même au néon d’un soleil noir

et au moule imposé du lendemain.

 

Le monde reste sourd aux vents à suivre

aveugle aux silhouettes de lumière postées sur les chemins

 

qui tendent leurs doigts à la folie généreuse de la menthe.

 

 

Barbara Auzou

 

7 réflexions sur “Les silhouettes de lumière.

  1. Par l’oeil de pierre
    l’ampoule blanche du matin
    reçoit la laine chaude d’une nuit, comme la bonne carte ils se réveillent en corps tête-bêche.

    Les heures à bout de pile se se font fait face
    mais leur ombre sans rabattre leur lumière en se faisant louve met bas
    dans un dernier chant s’endort le sourire d’un enfant.

    Les fifres du vent et les tambourins de la pluie ne sont ni ô ni séants
    ils naviguent dans leurs ventres en un seul réservoir
    des seins pis paire mint la menthe tient la fraise au jardin perché.

    N-L

    Aimé par 1 personne

Répondre à barbarasoleil Annuler la réponse.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s