Derrière la porte.

La vieille porte.(2008)

Photographe 

porte-soleil2

Que nul ne regarde derrière ma porte

quand vient la poussière à la pupille du soir.

Vous planteriez l’iris du silence

au terreau d’un oeil qui bâtit son territoire

sur l’arc tendu d’un sourcil

que le ressort avait déserté au matin

et qui se referme pourtant en piège de cils

sur des larmes d’orgueil amoncelées.

 

Que nul ne s’inquiète à l’écho de mes volets.

Au désordre de la mémoire et aux méandres de la pensée

je préfère le caillou du chemin et l’abri sûr des mains.

La morsure de la nuit est déjà loin

puisqu’elle a été nommée.

 

 

Barbara Auzou.

20 réflexions sur “Derrière la porte.

  1. Le soir s’endort derrière la porte dans la potiche où les cannes sont debout
    Quelques larmes en perles sur un pas mouillé marquent un mouvement salé
    L’humus du papier à écrire entre en terre ô
    Changement d’odeur de l’orgueil
    A l’abri des deux mains

    N-L

    Aimé par 2 personnes

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s