Un gris matin de septembre.

bure_2

C’était soudain venu à nous

comme une grande fleur de cendres

nous courtisant sans relâche

et nous laissant à genoux

sur la blessure sèche

de l’absence de repos

dont nous revêtîmes la robe de bure

un gris matin de septembre.

 

Pourtant nous savions

les lieux secrets et la cicatrice,

les témoignages à l’épine du dos

et de nos vies qui nous devance l’allure,

mais nous nous laissâmes surprendre

un gris matin de septembre

par la fatigue et ses doigts de grande ordonnatrice.

 

Il fallut alors réajuster nos mobiles existences

à la roue et au rythme du monde

et comme l’arbre qui tient sa parole de droiture à notre endroit,

tracer sur le gris matin de septembre la juste bissectrice.

 

 

Barbara Auzou.

5 réflexions sur “Un gris matin de septembre.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s