Persistance des cloisons.

Cloison-300x300

Ils pensaient que rien n’était plus sage

que la démesure de leurs rêves

et s’appliquaient à se construire un visage

en pente douce sous un lit de paupières apaisées.

 

Ils avaient les gestes aisés et insolents

qui palpent et interrogent derrière des rideaux

de vent tirés sur des jardins blessés.

Ils s’endormaient dans la mémoire chaude

d’une guirlande de mots qu’ils portaient dans le dos

comme des enfants

fermant de leur souffle les yeux fiévreux du souci.

 

Mais le monde se venge

de ce qu’on soustrait à la mort,

de l’inespéré à déchirer le gris

et les jambes du devoir sur des bords fuyants

juraient et criaient au sacrilège.

 

Je les ai vus ce soir à jamais surpris

gémir sur l’axe jumeau d’un grand manège orange.

 

 

Barbara Auzou.

 

10 réflexions sur “Persistance des cloisons.

  1. « Ils s’endormaient dans la mémoire chaude
    d’une guirlande de mots qu’ils portaient dans le dos
    comme des enfants
    fermant de leur souffle les yeux fiévreux du souci. »

    Tes mots sur mes nuits: magique !!
    Merci Barbara.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s