Hirondelle.

hirondelle

Jamais mes efforts n’ont perdu le fil

de ce qu’on touche au plus profond

fermant nos yeux d’hirondelles

sur un printemps que partout

et opiniâtrement on nous vole.

 

J’ai écouté au dedans la course folle

du sang et le pouls tantôt patient  tantôt

précipité qui laissait à la volière

du monde les frivoles apparences

et le froid à la planche négligemment foulée.

 

Au foyer les cheminées crachent leur cri bien haut

sur du bois humide comme un écran de fumée

faisant à leur insu les  fagots fiers de mes évidences

que j’entasse pour un unique hiver

et de multiples étés

à tire-d’ailes

et à vol d’oiseau.

 

 

Barbara Auzou.

9 réflexions sur “Hirondelle.

  1. A nager dans l’air
    elle est sel
    d’un continent d’exil
    à l’hâvre de vie
    falotte lumière qui tremblote sur l’estoc
    dans sa partie hors d’eau
    gardant ainsi sa flamme allumée
    contre vents et marée
    J’ai donné la corniche de mon Toi
    au printemps
    il y a nidifié…
    N-L

    Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s