Garrigue.

Garrigue-2

Étrange petite-fille

qui mesure le prix de la lumière

à la facture de tes envies,

Sais-tu que sous tes sandales de silence

glissent les sentences de la garrigue

qui ravivent la morsure de la vipère de ton enfance

et qu’à ta gorge sèche que rien n’irrigue

s’échappe le lait apaisant d’une présence inouïe?

 

Aussi serais-tu bien sage de la nommer

au secret de la figue, de l’amande et de l’olivier.

 

 

Barbara Auzou.

18 réflexions sur “Garrigue.

  1. Cornu le reptile qui fouit dans l’arène
    Au mordant du soleil il tente son venin au cap 21
    Pendant que dans leur enroulement spartiate les sandales se déplacent en reptations muettes
    Si ce n’était le caillou décidé sur l’option de carrière
    Que d’abandons la mousse aurait conquis
    L’aumônière reconnaissant ses fruits mendiants, en gonflant la figue amende l’olivier à la caresse du vent…
    N-L

    Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s