A l’endroit du présent…

2011_12_31-Robert

Si attentive aux visages changeants,

tu avais poli le tien au fer d’une fierté de peu

que tu avais paré de grands creux sombres

quand il était torche et feu incandescent

prairie de l’enfance, blé mesurant l’écart entre les dents.

Fallait-il  planter un arbre d’évidence en plein milieu

pour que le ciel pantelant repeigne ton bleu

et que ses branches ploient sous les oiseaux en nombre

picorant patiemment tes peurs à la paume pétrifiée du printemps

resserrant à ton cou froid une écharpe de plumes et de confiance?

 

je me souviens de toi constamment surprise de ton ombre

et de ton souffle rare et lent.

On m’a rapporté le bec à l’oreille que la clarté désormais te devance.

Et que tu t’es établie, le pas leste, à l’endroit du présent.

 

 

Barbara Auzou.

 

9 réflexions sur “A l’endroit du présent…

  1. D’un de ces oeil que l’arbre porte comme une grossesse je sens son regard faire l’oiseau venant se poser,
    est-ce la racine d’une dent écartée ou la branche d’une lunette de marine, lorgnon, qui bée cycle menstruel ?
    Oh à quoi bon entrer dans l’ailé cul bration, cet endroit ne porte aucune honte à trouver. J’ai l’oreille collée de ta mèche qui me fait l’épi de toute une insolence que je ne veux pas dompter..
    Trop d’orages dévastent le derrière des églises en laissant intactes les messes noires, pour que je me mette soudain à avoir du penchant pour Pise 12, le maudit qui bénissait les bombes de l’exode sur mes routes de France.
    Celle-là même que tu pris plus silencieuse qu’un baiser de poisson-rouge sorti du bocal pour frétiller en te jurant que tu trouverais moyen de remonter la pente. L’égalité c’est pas une question d’âge, c’est un profond et irrépressible désir de partager sa couche dans tous les humus compatibles. Faut être simple pour déglinguer tous les impossibles.
    Et pugnace…
    là t’es imbattable, tes bleus à l’âme ont une surpuissance que le mien ignore.
    Mon oeil est de ton arbre, ni pleureur, ni maux vrai. Il a eu mal comme une coulée de lave aujourd’hui depuis hier, faut voir que ce soir il est devenu l’offrande allumée de la fête des eaux asiatique, on peut s’attendre à le voir s’élever dans la plaine lune….
    N-L

    Aimé par 2 personnes

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s