Un soleil de rechange.

2955140822

Dans l’espace perfidement giflé,

un cheval tombe la mâchoire serrée sur l’hier.

Et les insectes sévères de la dispersion,

grands faussaires de la mémoire et du temps,

s’adonnent au grand lavage de printemps

au gâchis d’un noir chemin obstrué de terre.

 

Et l’on mesure la douceur de n’être plus personne,

à demeurer à la robe de sa propre surface,

à l’ourlet et dans les lèvres chaudes de l’air qui moutonne

pour se faire l’artisan d’un ciel indulgent

au sabot d’un caillou rond au rire fugace.

 

Alors l’on réinvente la désobéissance première

d’une pensée qui se pense pour s’offrir singulière

comme un soleil de rechange aux genoux.

 

Barbara Auzou.

 

4 réflexions sur “Un soleil de rechange.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s