De l’autre côté.

rocamadour_162

Les mains restent quittes

de l’air qu’elle n’ont pas retenu

et la bouche n’a pas encore le visage

qu’elle offrira tout à l’heure

au masque d’une foule au front nu

qui se cherche un nom et évite

l’abrupt vacillant au ravin des étoiles

dont elle se fait une maison.

J’attends de l’autre côté de ce temps

sur un mur de silence et de béton

la poitrine battant du pied un chant bohème.

 

Les jambes maintenant se balancent

doucement

doucement

au creux d’un jour encore vivant.

 

Un oiseau stoppé en plein vol tourne

lentement

lentement

autour de lui-même

 

 

Barbara Auzou.

11 réflexions sur “De l’autre côté.

  1. Tant de choses balancent que s’étonner frise l’inconscience
    comment ça a demande la voix qui n’en a rien à cirer
    les pieds en brillent
    Il est une vague de mer écartée du bord des serviettes
    les dauphins y pondent sans que les oiseaux brisent la coque de leurs vaisseaux
    Les mains en s’y joignant donnent du pied à l’invisible dynamisme…
    N-L

    Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s