Soleil pâle.

pensee-expo

Contre l’état naturel de l’excès

qui laisse s’échapper des trouées d’enfance,

la bêtise ordinaire épouse le bruit comme on pense

pour ne plus avoir peur du chantier silencieux

qui repousse les heures

et les limites en contrebas.

Et dans le retrait de chacun de ses pas altérés

où poussent des fleurs d’insignifiance,

elle gagne du terrain sur l’absence et sur le vain

sans même se retourner sur son soleil de gravats.

 

 

Barbara Auzou.

3 réflexions sur “Soleil pâle.

  1. L’esprit racloir dépourvu de sel bromure la lumière
    il en craint l’éclat comme habitant des fosses

    L’accordéon par la bretelle
    raccourcit l’étape

    Le moindre grain que le vent glisse dans la lèpre d’un macadam
    est une pensée en devenir, vive le vent…
    N-L

    Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s