Ils n’étaient que quelques-uns.

viola-couv-840x560

Ils n’étaient que quelques-uns,

promontoires au caillou de la route,

invisibles parmi leurs semblables,

la parole retournée comme un gant sur la main,

à mesurer la vanité d’édifier

sur les fleurs sacrificielles

nées d’un sol de sable noir.

 

Ils n’étaient que quelques-uns

à dénouer la sangle autour du cuir

de l’usure des jours

et à forcer la serrure de semailles insensées

sur la peau fine du silence dispersé

dans les charniers des liens dérisoires.

 

De sommeils en réveils, de réveils en images désolées,

il étaient des milliers les intermittents du vivre

que les miroirs d’acier prenaient en otages, livides

vacillants et à découvert, secoués de rires amers

la bouche mordue de déchirures successives.

 

Ils n’étaient que deux à cueillir la violette au-dessus du vide.

 

 

Barbara Auzou.

7 réflexions sur “Ils n’étaient que quelques-uns.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s