Tant de nuits. Alain Bashung.

 

Tant de nuits

Mon ange je t’ai haï
je t’ai laissé aimer
d’autres que moi
un peu plus loin qu’ici
Mon ange je t’ai trahi
tant de nuits, alité
que mon coeur a cessé
de me donner la vie
Si loin de moi
si loin de moi
si loin de moi
Des armées insolites
et des ombres équivoques
des fils dont on se moque
et des femmes que l’on quitte
Des tristesses surannées
des malheurs qu’on oublie
des ongles un peu noircis
des ongles un peu noircis
Mon ange je t’ai puni
à tant me sacrifier
icône idolâtrée
immondice à la nuit
Mon ange je t’ai haï
je t’ai laissé tuer
nos jeunesses ébauchées
le reste de nos vies
Si loin de moi
si loin de moi
si loin de moi
si loin de moi
Des armées insolites
et des ombres équivoques
des fils dont on se moque,
et des femmes que l’on quitte
Des tristesses surannées
des malheurs qu’on oublie
des ongles un peu noircis
des ongles un peu noircis
Mon ange je t’ai haï
mon ange je t’ai haï.

16 réflexions sur “Tant de nuits. Alain Bashung.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s