C’est entendu.

corde-linge

Les sanglots

sont des paquebots lents

qui rêvent d’écume

rare au ressac violent

et qui s’oublient dans la brume.

C’est entendu,

tout mène au tourment

‘puis s’essaye à épuiser l’avenir

qui trébuche en plein jour au tournant

d’un ciel saturé de lyres.

C’est entendu,

nos mains d’ombres nécessaires

miment le lumineux rideau étoilé

en s’agrippant au tablier gras de la terre

qui repasse les plats à satiété

sur nos visages barbouillés d’enfants.

C’est entendu,

le fer transpire

à nos tempes de damnés

et à la sueur du fleuve qu’il reste à franchir.

C’est entendu,

le livre se consumme

sur les reins cambrés de l’amertume

qui drainent les pierres du torrent

dans l’âcre folie de sa crue.

 

C’est entendu

mais la bouche de l’aurore

laisse s’échapper de bleus trésors

qui devancent les rides

et enveloppent le corps

dans le linge blanc de la vue

surprise d’édifier encore

au-dessus du vide.

 

 

Barbara Auzou.

10 réflexions sur “C’est entendu.

  1. Le grand pavois
    drap et petit-linge lancés à la régalade
    c’est à boire qu’il nous le faut

    J’ai des petits cailloux dans ma trousse
    dit le petit garçon au tresses amies
    Alors allons dit-elle nous en barbouiller

    Là comme ailleurs
    construire n’est pas soufflet…
    N-L

    Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s