Voyage pur.

ed590da74f5ccb279e905e357c8646d7

À la lame acérée

de notre voyage pur,

la plaie à l’ongle rongé,

nos doigts hâtifs et fous

et leurs empreintes de printemps

dans le ciment de la gravité.

Des soleils sans armure

s’effondrent dans la mer;

la bouche s’abreuve encore

au lait tiède de l’amandier

que l’été torride laisse couler

sur nos enfances de cailloux

à contre-courant.

 

 

Barbara Auzou.

8 réflexions sur “Voyage pur.

  1. Dans le faux-fil d’un son la voix mue avec peine
    autour du rossignol des doigts collants piègent de glu
    un caillou a plus de coeur qu’un valet d’à tout
    L’onde du ricochet s’en joue
    à gué lu rond
    Le plomb torride envoie l’hameçon sous le bouchon
    un poisson-volant attrape son air au coude de la manche à erre…
    N-L

    Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s