Autan Occitan 8 / Billet des Corbières 75.

Voici Autan Occitan 8 , fruit de ma collaboration avec le peintre Niala. 

Que vous retrouvez aussi ici.

(Autan-Occitan est une série de 10 tableaux de Niala à partir desquels Barbara Auzou a écrit 10 poèmes. Il s’agit donc d’une oeuvre commune de deux auteurs indissociables.)

autan occitan 8

( Autan Occitan 8/ Niala 2018/ Acrylique sur toile 46×38 )

 

 

La silhouette circulaire

et avisée de la lanterne des morts

déjà s’éloigne de la pierre

de mes tempes émues

et sous une lumière crue et suppliante

m’offre des grappes du monde tard venues

à faire mûrir gravement à la treille d’or

de la maison choisie qui rogne sur la pente

d’une parcelle de chênes tutélaires.

 

Avancer pour que vienne le jour

au chevet de mon sommeil aux yeux de terre.

Avancer pour révéler la robe à la pruine du fruit

et les coursons de vignes neuves au vent des chansons

qui tendent l’oreille à la route et ses détours,

à la râpe du soleil sur le caillou du matin.

 

Mes pas bleus de poussières gravissent sans fin

la charpente de l’œil qui m’accueille dans le velours

de son indispensable tanin.

 

Barbara Auzou.

 

 

 

 

 

5 réflexions sur “Autan Occitan 8 / Billet des Corbières 75.

      • LES NOBLES VOYAGEURS

        Chevaliers errants qui rêvent leurs vies et vivent leurs rêves
        Vagabonds solitaires de l’âme chemineaux anonymes de l’esprit
        Ils traversent le temps et l’espace sans repos ni trêve
        Pour venir allumer des soleils noirs au cœur de la nuit

        Ayant l’âge du sable de la mer et du vent du désert
        Empruntant les vêtements du siècle où nous sommes
        Le pain des forts le feu et le sel leur sont offerts
        Dans des haltes secrètes où s’aiment les hommes

        Alchimistes du Verbe et forgerons de l’âme
        Ce sont des maîtres sans temple qui ont rendez-vous
        Une lanterne sourde à la main protégeant la petite flamme
        Dans la clairière de l’être où règne l’amour fou

        Ils pérégrinent de siècle obscur en siècle obscur
        Portant sur leur épaule droite un noir corbeau
        Eclairant le chemin des consciences pures
        Pour que le monde et les jours soient enfin beaux

        L’œil est le soleil du cœur comme le cœur celui de l’esprit .
        Venus ici et maintenant dans le monde sans lui appartenir
        Réincarner dans le creuset des cœurs la parole qui vit
        En eux s’élève le souffle d’une vie plus forte que la mort à venir.

        Jacques Viallebesset
        Extrait de: Le pollen des jours

        Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s