La Planche de Vivre. Un troisième poème traduit par René Char et Tina Jolas.

41VBZBWP29L._SX195_

MA BARQUE

Ma barque s’est-elle brisée en mer,
Crie-t-elle sa peur sous le vent,
Ou docile a-t-elle hissé sa voile,
Pour des îles enchantées ;

A quel mystique mouillage
Est-elle aujourd’hui retenue, —
Çà c’est affaire de regard
Là-bas au loin sur la baie.

Emily Dickinson

 

 

Traductions de différentes langues par René Char et Tina Jolas. Contient des œuvres de Raimbaut de Vaqueiras, Pétrarque, Lope de Vega, Shakespeare, Blake, Shelley, Keats, Emily Brontë, Emily Dickinson, Tioutchev, Goumilev, Anna Akhmatova, Pasternak, Mandelstam, Maïakovski, Marina Tsvétaeva et Hernandez .
Traductions suivies des textes originaux.

 

 

 

3 réflexions sur “La Planche de Vivre. Un troisième poème traduit par René Char et Tina Jolas.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s