Marrons chauds.

200cb0ba6adceb8773d356a1b46155fc

L’animal chaud et inquiet de nos mains dans la poche de l’autre se mouchera haut du temps qu’il fait et

Nous ramasserons des étoiles brûlées tombées dans des forêts de charmes

Un matin de brume

Les marrons chauds du froid    flocons du drame fondront  en flocons

Comme un peu de glace sur beaucoup d’enfance

Les ruisseaux enrhumés prendront la cadence du babil d’oiseau que nous lançons imberbe

dans l’air qui penche et qui fume            sur l’inconséquence du verbe

 

Barbara Auzou.

6 réflexions sur “Marrons chauds.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s