Tout ce que l’on touche.

99f4f900878f5f41600f5acff6bab770

Tout ce que l’on touche se courbe  s’arrondit  et s’affole     à la saignée du souvenir

et il pleut des étoiles roses dans notre lit que plus rien ne console

de l’insupportable douceur des choses et de leurs baisers inversés

qui tombent sur l’épaule solitaire du sommeil       comme des colliers cassés

 

Barbara Auzou.

5 réflexions sur “Tout ce que l’on touche.

  1. Par l’ouverture emparée
    le vent
    écaille le plat-fond

    Les ombres agitées par le shaker
    cherchent le bon vers
    les étoiles roses montrent leurs bulles

    le blues tenu par un trombone se décroche
    le sol mou
    absorbe la tension atmosphérique…
    N-L

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s