Regarde

bc271a6d804761c338a17a8e7423c6d7

Nous avons pris congé

après la dernière bougie

Un silence s’est glissé

sur la douceur figurée

de la nuit

et sur nos hâtes aux paupières lourdes

Des oiseaux tombés en vol parmi les corps

prennent la mesure du lendemain

Regarde

Notre assentiment tremblant tient

dans un coffret fragile entre nos mains

Dedans les déroutes et les anciens chemins

le ventre chaud puis le mollet rond du matin

sur un jour tout neuf qui monte aux arbres

 

 

Barbara Auzou.

4 réflexions sur “Regarde

  1. Premier frémissement de la porte sur ses gonds
    le cadre de l’huisserie n’enferme déjà plus rien

    L’image de ton accord se silhouette dans les lèvres du matin
    à la tête du lit ton visage de petite fille sourit

    La charpente tournée vers l’eau de la première marée
    tient le ventre de la coque prêt à naviguer

    j’aperçois l’oeil de la lucarne cligner à travers les planches
    tu es là en station devant ta psyché à faire le plein des sens…
    N-L

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s