Dans l’atelier( III)

ob_ab92fc_p1110934-jpg

Un lieu disais-tu

Il te faudra un lieu arraché au cadastre morcelé des années pour secourir l’enfant aux veines bleues emmuré et privé de filons d’or

Demeure disais-tu encore

comme on dort au seuil d’une litière et à la paille de l’eau   Pierre trempée dans l’été blond que le feu redresse et allume

Pivote encore un peu

à la proue de mon œil et sur le sel de l’écume d’où s’échappent d’enfantines hirondelles

qui meurent au premier envol pour renaître rondes en grappes de fleurs

Et pour innocenter le monde donne à l’enfant pour écritoire une table de bois flotté

Ferme ses yeux de mer qui voient trop loin et baigne doucement son ventre de mémoire

 

Barbara Auzou.

4 réflexions sur “Dans l’atelier( III)

  1. Chantez érections au plat des plaines que montent enfin les vagues
    métronomes
    au taillé de la plume mettant son sillage migratoire à l’en-tête du ciel
    par ses révolutions solaires successives

    La proue doit faire figure comme le sourire fend la face éteinte
    ce bruit souterrain tient plus en lui que le vacarme quotidien
    L’enfant de mer issu du naissaim à son tour grandira vers l’éclair désalinisé
    fleur de ventre crie au carreau brillant du marais en douces rides frissonnantes sous la main…
    N-L

    Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s