Dans l’Atelier (XIV)

Robin and snow

De ce presque rien dans la balance de l’instant je te laisse ma robe du jour dorée de paresse

mes pensées informulées et l’animale douceur caressée par le vent des hasards aériens

Que mon nid soit ton tympan  Que mon chant d’eaux captives alerte tes puits

Vois comme j’ai rendu à la nuit

son inquiétude violette

Dans ton œil tatoué de feu qui me guette

pousse désormais la sauge de tous nos jardins

 

Barbara Auzou.

4 réflexions sur “Dans l’Atelier (XIV)

  1. Dans ce presque rien grande est l’opportunité, l’absence de place pour l’étalage purifie l’eau de la pierre
    la musique s’accorde à la nature
    pas d’arrangements sur grand écran ni d’effets aux manches
    La rondeur du poitrail fait un silence de pouls
    au pied de la montée la menthe se place en premier de cordée…
    N-L

    Aimé par 1 personne

  2. Pingback: Dans l’Atelier (XIV) — Lire dit-elle – mi nuevo sitio: http://ayblogmiodemivida.home.blog

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s