Dans l’Atelier (XV)

tatacoa-oiseau.jpg

La vie glissait jaune et d’extrême justesse sur le parapet de l’aube      volant çà et là quelques heures au temps

À quoi bon encore le chant  À quoi bon encore les couleurs    la note brève    et puis l’écho

Il aura fallu le lent éclairage sur la route chaude d’un matin pour que s’ouvrent enfin les yeux

Comme on arrache de sa tempe enfiévrée l’insecte occultant

Comme à l’alme caresse on tend le dos

 

Je me suis posé sur le canotier d’un homme heureux

 

Barbara Auzou

12 réflexions sur “Dans l’Atelier (XV)

  1. Au bord de marne le canotier glisse profond labour
    des deux mains le jour geste la semeuse en chanson

    Aux glaces de l’hiver l’été pulpe aux joues des fruits rouges

    Quand l’éclusier tira la belle de son sommeil, les oiseaux blancs en nuée bâtirent des nids
    pour garder la canopée en guise de piste d’atterrissage…
    N-L

    Aimé par 2 personnes

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s