Dans l’Atelier (XIX)

la balancoire

Donne -moi la main

On ne bougera pas plus avant

L’oiseau patient a reversé le silence sur les paupières du jour

Creusons l’air autour   Restons lointains et sages

La pensée retenue de la mésange sur nos genoux a déroulé l’intimité rose

qui refait à neuf la ponctuation de nos visages

et le bois chaud de nos lendemains

On a rassemblé nos eaux     On a ordonné les plumes du chagrin

sur le sel de la chose

Il est temps de s’amuser enfin

sur l’aile détournée des nuages

 

Barbara Auzou.

 

3 réflexions sur “Dans l’Atelier (XIX)

  1. A la pluie commune des plus ordinaires
    la charbonnière hâlait son petit corps rond de branche en branche
    sans que la grisaille parvienne à éteindre son plastron jaune

    Sous la mitraille des engrais la nature mourante l’a exilé

    Reste celle la plus belle
    qui porte les zèles de mon utopie
    la mésange bleue
    la seule qui m’a muse tant en dépit du temps qui fait…
    N-L

    Aimé par 1 personne

  2. Pingback: Dans l’Atelier (XIX) – Zomac.services

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s