En découdre.

110b72f0521e08919a7d2ab9fde0358a

Sur le velours d’un jour qu’on dédaigne

se coudre une histoire et simultanément la mémoire de toute histoire courroucée dans un pli du temps qui saigne

Se découper un pan d’éternité puis l’ajuster enfin

à son corps de lin   guetteur clandestin et chaud d’un monde inversé

mort sous le manteau

 

Barbara Auzou.

8 réflexions sur “En découdre.

  1. Côtelé au râpeux
    saignant de marques vertes ensifoliées
    rousses fougères brûlées par lesquelles on guette la présence du phénix
    ramenant la parole à la veillée comme avant que s’éteignent les cheminées
    dernier raclement létal avant renaissance
    Laisse le lamparo jusqu’au matin
    pour que nous marchions sur l’ô bleu d’un do d’écaille roses accordé au métronome d’une histoire en continu
    Vivant sous le nu….
    N-L

    Aimé par 1 personne

  2. LIBATION MONGOLE

    C’est ici que nous l’avons pris vivant. Comme il se battait bien nous lui offrîmes du service : il préféra servir son Prince dans la mort.

    Nous avons coupé ses jarrets : il agitait les bras pour témoigner son zèle. Nous avons coupé ses bras : il hurlait de dévouement pour Lui.

    Nous avons fendu sa bouche d’une oreille à l’autre : il a fait signe, des yeux, qu’il restait toujours fidèle.

    o

    Ne crevons pas ses yeux comme au lâche ; mais tranchant sa tête avec respect, versons le koumys des braves, et cette libation :

    Quand tu renaîtras, Tch’en Houo-chang fais-nous l’honneur de renaître chez nous.

    Victor Segalen

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s