L’Epoque 2019 (1)

alouette-300x300

J’ai vu

Aurais-je du m’en étonner

L’alouette à la gorge brûlée

Chanter encore

Les seins lourds de l’incendie

Sous un soleil omniscient et sévère

Et dans l’amnésie d’un ciel soustrait

Au vent se balancer laborieusement

Sur le dernier épi

 

Je tends ma bouche nue

À l’époque

À l’amphore et à ce peu de bruit

Que font les mots sur les corps en jachère

 

 

Barbara Auzou.

 

 

16 réflexions sur “L’Epoque 2019 (1)

  1. Plumez ma Chère
    ô oui plumez que j’en peigne

    Votre chant est si vaste et vers d’herbes encore sous terre qu’il ne saurait souffrir d’attente à lever

    Même vos seins lourds n’en brûleraient les élans en plein incendie
    puisque bien au contraire
    vous en êtes l’écobuage qui en gré attise et vainc l’appauvrissent de la glèbe
    avec l’évent de concert

    Alouette à bouche nue
    je ne te couperai ni les lèvres ni ta langue
    l’époque est à vivre…
    N-L

    Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s