Aube brève.

1674992

Par paresse

j’ai cherché la lenteur au bleu

d’anciennes peurs enfermées derrière les yeux

Des visages où poser le cuivre silencieux des heures

comme sur des quais désaffectés

Combien il faut d’adresse pour pousser devant soi la pierre lourde de l’éternité

Et sécher l’encre sombre qui coule sur le corps non civilisé

Puis un jour saluer l’aube brève

Comme l’incarnation de l’étrange présence au monde

Sur laquelle on pose des lèvres

Définitives

 

Barbara Auzou.

4 réflexions sur “Aube brève.

  1. Le jour dolent
    regarde les voeux dans le distributeur à billets bloqué

    Un pied nu
    remonte à chaud set

    Derrière l’église
    le manège monte et descend le poids de la faute

    Sur la grève
    des dockers chargent un ras d’eau

    Puis un jour
    quittant l’absurde existence nous entrons l’un dans l’autre…
    N-L

    Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s