Ce qui devance l’écriture.

grives-litornes

On ne manque pas de renaître

Tout ce qui est en train d’être

N’a jamais été et au corps

Du vêtement dans un jour plein

On apprend à lire

Ce qui devance l’écriture

Et à estimer le poids de l’or

Qui se soulève dans la main

Au toit je vois l’énigmatique sourire

De l’ardoise bleue  Javelot de sens

Fiché droit dans l’œil nouveau du jardin

Et la grive en vol oblique

Accréditer un silence plein de bras

Qui sent la noisette

 

Barbara Auzou.

 

2 réflexions sur “Ce qui devance l’écriture.

  1. J’en ai trop vu mourir de rien
    à coudre on reprise l’essence ciel mieux qu’avec de l’haleine de menteur
    renaître c’est l’éternel matin qu’on a bordé le seoir
    Les chemins sont semés de clous
    et alors
    on va pas rester sans traverser ?

    J’ai du lin dans ma table des matières
    je t’y mettrai la main doigts crayons de couleur
    NOUS
    à prendront à lire
    écureuil et queue de vache
    la noisette dans l’aumônière de la mendiante…
    N-L

    Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s