Passant

ob_a57d3e_img-7772

Passant

Je t’appelle tirant le lait de la saison

pour qu’elle advienne vertement dans la grande nuit de la pierre C’est vivant

que l’on se prend un matin pour soi-même au vif qui rassemble l’après et l’avant

Passant

Je t’attends au robuste contrefort des yeux versés sur le lin rude

qui doucement doucement va au bleu

 

Barbara Auzou.

 

2 réflexions sur “Passant

  1. Le jardin a gardé sous le kiosque à musique
    ce qu’il faut de la découpe de l’emporte-pièce
    au simple libre-passage permanent
    La loueuse de chaises est rentrée mettre la rivière au lit

    un fusain sans buis contourne la face fuyante du jour
    dont je traie l’épicentre
    en auto-portrait
    période bleue à qui le rose de ta senteur sied mieux qu’un vase…
    N-L

    Aimé par 2 personnes

    • Lorsqu’au loin miaule l’avril-toi ce coin
      Chauffé au rouge dans mon cœur-mon peuple
      intolérable-j’entends aboyer un oiseau
      -Toi mon seuil-Les chiens chiennent
      Par tous les quartiers et les enfants
      Sont tous coupables-Seuil, ma demeure

      Bernard Manciet.
      Merci mon Alain.

      Aimé par 1 personne

Répondre à loisobleu Annuler la réponse.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s