A ta suite…

prospector,miner,gold,panning

À ta suite et dans l’heure que je sois faite

Vague montante et orpailleur  Renifleuse de la chose tendue

Intuition violente sur des abîmes renversés

Retirés du monde rongeons la langue de la bête

Qui vocifère dans les os et dans la chair

Ses consonnes meurtrières et ses sentences fatales

De nos mains nues grattons la terre amoncelée

Derrière les yeux par les trop pâles

Outils mentaux

Attisons des soufflets de silence sous le cercle de nos paupières

Sur les sentiers de nos peaux

Et courons vivants nous abriter

Au tamis sauvage de nos passés

Lavons nos âmes dans la rivière

Jusqu’à l’irruption du centre sensible sur la sphère totale

 

 

Barbara Auzou.

3 réflexions sur “A ta suite…

  1. Les mains avides de l’inexistence te pelotent l’haleine comme si t’étais à vendre
    de mon côté d’encre de chine je tire la toile en bouts tics
    quel avanie que cet hors de chercheurs polluant l’air

    L’ENCERCLEMENT
    .
    Bientôt midi. Le lac du parc fuit sur place, se hérisse d’un
    métal fébrile
    au souffle de l’instant. Dans l’herbe s’attardent, seuls, des
    sentiers
    d’ombre. Ta douceur guérit la blessure
    et modère la peine; en vain je dis que l’horizon nous salue
    d’une promesse de chute. Avec des cris d’oiseaux vers
    l’ouverture des salles claires
    entre les arbres; par un ascenseur de sève, de sang,
    grondant sous l’écorce,
    jusqu’à la nuit des racines. Au-delà des tulles du taillis, une
    route proche
    fait presque miroiter l’éclat d’une rivière. L’air embrasé
    flambe immobile
    dans les couronnes, si ardent qu’il cerne soudain les
    branches crépitantes
    par la nuit à venir. En vain je me fais statue d’effroi, clouée
    au socle de la souche
    dans l’encerclement des clairières: nous ne sommes pas en
    exil, assures-tu,
    appuyant pensive le sourire contre une promesse ignorée
    de l’azur. »
    .
    .PETR KRAL.

    D’un coup la mayonnaise que tu hanches prend
    au point que le pré salé du mou ton grimpe à l’étiage supérieur
    Ce qu’ils cherchent ils n’en savent rien de plus que ça existe
    Restons en poings fixes tapis
    poitrine entre jambes et fesses noz
    une pro session à deux…
    N-L

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s