« Une vie d’Annette » documentaire de Nina Robert et Denis Robert (2018)

©
  • Un film de Nina RobertDenis Robert

  • Multidiffusions jusqu’au dimanche 17 février 2019 sur Toute l’Histoire

    Neurobiologiste et psychiatre retraitée, Anne Beaumanoir aime la solitude et la discrétion. Mais à 93 ans, « Annette » n’a rien perdu de l’esprit de résistance qui l’a guidé toute sa vie. 

    Durant la Seconde Guerre mondiale, Anne sauva des enfants juifs à Paris (elle reçut à ce titre la médaille des Justes parmi les Nations). Maquisarde dans les réseaux de Jean Moulin à Lyon, elle milita au sein du Parti communiste clandestin.

Anne Beaumanoir a eu plusieurs vies. Elle a traversé le siècle en étant (très) résistante à des moments clés de notre Histoire. D’abord en sauvant des enfants juifs dans Paris occupé (elle a la médaille des justes), puis en devenant maquisarde à Lyon dans les réseaux de Jean Moulin. Elle a été une militante du Parti communiste clandestin, a vécu à Moscou comme chercheuse en neurobiologie sous Staline avant de décrocher du PC en 1954 et de s’engager pour la cause algérienne. Anne a porté des valises du FLN, a été incarcérée à Marseille et condamnée à dix ans de prison pour « terrorisme ». Elle s’évadera et gagnera l’Algérie de Ben Bella où elle sera la principale conseillère du ministre de la Santé du premier gouvernement algérien. Après le putsch des généraux, à nouveau poursuivie, elle vivra recluse et s’évadera à nouveau pour atterrir à Genève où elle deviendra une spécialiste de renommée mondiale de l’épilepsie.
De sa Bretagne natale à la Drôme où elle habite depuis vingt ans, en passant par Alger où nous allons retrouver ses amis d’alors, Une vie d’Annette (son surnom) raconte ce parcours extraordinaire et ce destin hors norme et méconnu. Annette est âgée de 93 ans. Neurobiologiste et psychiatre retraitée, elle aime la solitude et la discrétion. Sa vie trépidante l’a fait rencontrer les principaux leaders politiques algériens, mais aussi Francis Jeanson, Che Guevara, De Gaulle ou Garcia Lorca. Elle parle pour la première fois longuement et en détails devant une caméra et livre une vérité réconfortante en ces temps troubles, où l’esprit de résistance a perdu en intensité. Basé sur des entretiens intimes et des témoignages d’amis retrouvés, des archives oubliées, une animation et une bande son originales, ce portrait d’une femme libre et engagée ambitionne de faire revivre des pans en partie ignorés de notre Histoire.

Ce lundi sur la chaîne documentaire: Toute L’histoire. 20h45.

 

2 réflexions sur “« Une vie d’Annette » documentaire de Nina Robert et Denis Robert (2018)

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s