Moreau chante Norge/ Le tueur et la tuée.

Cent ans après sur les lieux du crime
Dans la buée
Se reconnaissent. Tudieu!
Cent ans après
– Mais comment, chérie
En toi rien ne change?
– Et toi, mon cœur, mon amant
Tu restes haut comme un ange
– Tu m’aimes?
– Je l’ai prouvé
– Ah! Tes lèvres, ta salive
Quel coup de te retrouver
Cent ans après morte ou vive
Couchés dans les hautes herbes
Les morts deviennent bavards
Ils parlent de ce poignard
Qui fut un moment superbe
– Je te revois dévêtue
Dit-il, dans ce meurtre chaud!
– Grand loup, je suis ton agneau
Répond-elle,
Frappe et tue-moi
Doucement
De nouveau
Tue-moi
Doucement
De nouveau
Doucement
De nouveau
De nouveau
De nouveau
Doucement
Doucement
De nouveau

4 réflexions sur “Moreau chante Norge/ Le tueur et la tuée.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s