L’enfance des joues

tumblr_mmhfllGQwK1rlusjxo1_500

Dans mes paumes

Tabliers éblouis et constants du travail accompli

Dors

L’enfance des joues tremble sous le baiser

Et s’amuse avec nos cœurs fous d’avoir enfin trouvé

Ce qu’il feraient quand ils seraient grands

La jonquille de l’œil se souvient bouleversée

Qu’elle se proclamait chercheur d’or

Et mesure aujourd’hui sa supériorité

Sur la rose restée si longtemps à la soie de l’oreiller

 

L’âge de la forêt mon amour est un songe *

 

Barbara Auzou.

 

* Georges Schehadé.

 

4 réflexions sur “L’enfance des joues

  1. Aussi loin qu’il m’en souvienne et je possède la distance nécessaire
    ton petit-bateau innocent était à flot sur mon guidon
    souviens-t-en à l’époque mon vélo était livreur de journaux
    avait un grand porte-bagage à l’avant
    annonçant avec prémonition
    la bonne nouvelle
    Des printemps et + après
    amour à la rosée
    tu es « comme un songe »
    ton taillis grandi
    ouvrant sur la roseraie
    un bouquet immortel accroché au cadre…

    N-L

    Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s