Ponts.

110621_1_orig

Et la marche raide du genou arrondi sera le seul point d’envol de l’absence en ses débâcles

Dans la bouche qui tient sa parole caressons la mousse des mots adressés à nous seuls que camouflent mal nos occupations distraites

Apprenons le sommeil à nos mains incendiaires

Nos ponts sont des prairies que l’on porte aux doigts comme des bagues

L’on y couche en chien de fusil notre belle histoire muette

 

Barbara Auzou.

5 réflexions sur “Ponts.

  1. La bouche de sable pleine
    entend cette vague de doigts faire son château
    L’enfant réprimé dans son dessin à main libre
    garde l’arrière du je nous en cachette
    Apprendre et à laisser oui
    sans mettre le chien à la chaîne
    sur le pont…
    N-L

    Aimé par 1 personne

Répondre à loisobleu Annuler la réponse.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s