Et puisque le pré

3cae672e

Le jour se déploie au-dessus d’un village

Qui croit encore en quelque bonté de la fourche

Et puisque le pré nous invite à boire

Que les troupeaux sont pensifs

Je te nomme fleur sauvage

En son royaume excessif

Et j’accroche au lin de ma fidélité farouche

Le fanal de tous les voyages

 

Barbara Auzou.

 

3 réflexions sur “Et puisque le pré

  1. Moi les villages j’y tiens dur comme faire
    accrocher des maisons blanches par des bretelles à la sierra
    je sais faire
    c’est d’ailleurs le seul soutien-gorge que je tolère
    pour la poitrine humaine
    j’ai un penchant de chute-libre…

    Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s