L’EPOQUE 2019/23: LES CAMPAGNES ET LES BORDS DE MER.

Voici  le vingt-troisième de cette nouvelle Epoque 2019 avec le peintre Niala.

C’est un travail à quatre mains , merci d’en tenir compte dans vos commentaires.

23
L’EPOQUE 2019/ 23
>
« LES CAMPAGNES ET LES BORDS DE MER »
Niala
Acrylique s/toile 35×27
Encadré 300,00 €

L’aube a déchiré le rideau rouge de ses fuseaux

Avec la complicité des arbres les oiseaux

Sont partis à l’attaque du blanc pour le havre et pour la robe

Pour signer au marbre l’être-ensemble de l’oeuvre

Rendre au destin le soleil de ton ventre

Et la fontaine de tes seins à ses arpèges

 

Mordue par la vastitude de ses errances

La beauté s’endort dans un sourire

À la clairière de nos gestes et sa constance

À poser sa tête sur nos genoux 

Là où l’on caresse le cheveu à sa naissance

Déroule la tendre preuve le pari fou

De cet amour sylvestre adulte et vierge

Dont elle est à la fois l’image et le désir

 

 

Barbara Auzou

3 réflexions sur “L’EPOQUE 2019/23: LES CAMPAGNES ET LES BORDS DE MER.

  1. Comme sortant d’un tunnel on voit soudain la cime des arbres prendre la place de l’épaisse fumée qui obstruait l’horizon. Le tapis roulant de la voie tire en avant au rythme saccadé du wagon. Une étrange sensation de plénitude traverse le corps. C’est lui qui voyage, lui qui s’éveille dans une métamorphose sensuelle qui transporte…
    Taches rouge et verte blancheur de l’esprit ma Barbara bonjour…

    Aimé par 1 personne

  2. Bien avant le printemps parfois une chaleur étrangement

    lourde
    S’élève vers le soir à la corne du bois sans feuilles ou près

    de la rivière,
    Et rôde entre les chemins creux où brûle un résidu de

    soufre.
    Halo des milliers d’yeux des milliers de troupeaux qui

    remontèrent
    Des fonds troubles du temps vers ce qui fut le tumultueux

    avenir.
    Espère et tremble : qui s’approche ou s’efface encore au

    détour,
    Couronné d’herbe rude et d’un éclat de bleu plus vif À mesure qu’en bas la nuit dissout les reflets, les réponses
    A la question déployée en ton cœur comme un drapeau ?
    Espère et tremble au souffle chaud qui rôde ; espère et

    tremble.

    Jacques Réda.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s