Des nuits

IMG_20181120_0052-1024x686

Vois comme la nuit reste entière

et douce le long de sa pente sensible

C’est qu’elle a une longueur d’avance

sur l’attente vague du fruit précis

et qu’elle porte légère la responsabilité

de son paradoxe comme une longue épée

oscillant entre les pierres chargées de mousse

et d’oubli

 

 

Barbara Auzou

2 réflexions sur “Des nuits

  1. Ils la retourneraient en tous sens qu’ils n’y comprendraient rien
    paradoxe du partagé autrement
    Les mains qui sortent de tes bras n’ont pas le touché tout comme tes lèvres n’ont pas la langue du commun
    J’ai dans mes semelles de vent plus de voyages permanents que d’avions revenus de colonies en vue
    Il est bon d’être soi comme l’affirme ton arbre
    Ma
    Seule…
    N-L

    Aimé par 1 personne

Répondre à barbarasoleil Annuler la réponse.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s