La poésie de Jean Orizet Anthologie thématique

A lire en silence et sans empressement….

Encres et Paroles

Le poète, affirme François de Malherbe, est un « excellent arrangeur de syllabes ». On peut partager cette opinion. On peut aussi l’enrichir en ajoutant que l’excellent arrangeur de syllabes doit offrir au lecteur davantage qu’un travail bien fait. Le devoir du poète n’est-il pas de construire des tremplins, des envols vers d’insoupçonnés cosmos, des éthers où, selon Baudelaire, l’esprit « se [meut] avec agilité », et « comme un bon nageur qui se pâme dans l’onde […], [sillonne] gaiement l’immensité profonde, avec une indicible et mâle volupté » ?

 

Tout poète, pour tenir cette gageure, doit d’abord se construire un atelier personnel, secret, intime, un lieu inviolable où seront disponibles à n’importe quelle heure du jour et de la nuit, sous quelque latitude que ce soit, les outils qu’il se sera confectionnés pour négocier avec le mystère du monde quelque joyau de l’invisible, de l’indicible : le poème.

D’emblée, ce visiteur, qui n’est autre que son lecteur, se sent accueilli, admis…

Voir l’article original 130 mots de plus

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s